Ardechoise 2018 - Cyclo Club Gangeois - site

CYCLO CLUB GANGEOIS
Aller au contenu

Menu principal :

Ardechoise 2018

Evènements > 2018
ARDECHOISE 2018
22 juin au 23 juin 2018
225 Km - 4450 m dev

Jeudi 21/6 à 13gh00 nous sommes prets pour l’aventure « ARDECHOISE ». Au départ 3 véhicules avec les valeureux : Casile, Celse, Guy, Bernard (Goujeaon), Jacky, Georges (Dalpiaz), Joel, Patrick et les infatigable Revel au complet.
Direction St Felicien sous une chaleur extrême, pour l’enregistrement, dépôt des bagages et premier contact de l’ambiance locale.
Tout étant fait nous prenons la route de St Julien Labrousse, ou nous devons coucher, ou résident les amis des Revel. Premier incident Claude ne connaissant pas la route, nous nous fions à Celse et son GPS. Belle balade de 1h30 au milieu de magnifiques paysages Ardéchois et c’est beau, mais c’est long, long trop long.



Enfin arrivé, nous sommes inquiets pour le lendemain, mais Claude nous rassure, il connait le chemin du retour sur St Félicien. En fait il connait uniquement le chemin dans un sens ! Et ce n’est que le début.
Agréable soirée avant une nuit que certains trouveront longue car pas ou mal dormi, d’autres trouvant des bruits surprenants, enfin une nuit entre cyclistes et dans la chaleur.

Petit déjeuner et nous partons pour 45 mm (c’est beaucoup mieux dans ce sens) de route pour atteindre notre destination. Objectif départ à 8h30 max.
Un vent violent et au rendez vous (60 à 65 Km/Hrs). Cela ne va pas nous aider…
Stationnement des voitures dans un petit chemin (le même qu’en 2015) à un km du départ. Préparation du matériel, des champions pour un départ imminent. Claude trouve qu’il y a un peu trop de précipitation et nous dit de partir qu’il se débrouillerait. Ce que nous faisons sans prendre la précaution de lui demander s’il connaissait le parcours et notre destination de la journée. Grossière erreur que nous comprendrons plus tard.

En avant pour 125 Km et 2400 m de dénivelé (suivant radio tour). Ambiance bonne enfant en direction du col du buisson. Ca monte tranquille en papotant par ici ou par la suivant la tendance de chacun. Joel ne passe pas inaperçu avec un bruit inquietant de ferraille dans son pédalier.
Premier arrêt pour se restaurer au col et ensuite descente vers Lamastre ou nous prenons un café en terrasse. Pour l’instant tout va bien.


Ensuite on enchaine Col des Nonnières, descente vers Le Cheylard et on enfile les 20 km à 5 % en moyenne pour atteindre le col de Mezilhac c’est long et pénible. Nous retrouvons nos amis Clermontois et en particulier Michel son Président. Comme nous ils passeront la nuit à « Sagnes et Goudoulet » au col de la barraque.
Sur les conseils de Bernard, nous déjeunerons à Entraigues. Belle descente jusqu’à notre repas. Entraigues, on respire Ferrat, on boit Ferrat, on Mange Ferrat et surtout on écoute Ferrat. Sur la petite place, un restaurant nous tend les bras et on s’y engouffre avec plaisir. Nous sommes reçus comme il se doit par Jean Ferrat lui-même et une partie de son œuvre.
Repas réparateur, avec bière à l’apéro et rosé pour accompagner une salade de pâtes et poulet. Le repas n’était pas lourd, mais le rosé un peu trop …..rosé.

Certains vont bien le ressentir dans le col de Mouchèyres qui nous sert de désert, assez indigeste.
Après une descente réparatrice on s’envole vers le col de la Barraque. 15 Km d’ascension à 5% avec des passages à 7 et 8. Le vent est vraiment très fort et rafaleux. C’est dur et pour certains très, très dur. Casile n’est pas dans un bon jour et doit mettre le pied par terre à plusieurs reprises. Georges est resté avec lui car José est vraiment en difficulté. Enfin ils arrivent au col, mais nous sommes partis vers le gite car il faisait trop froid pour attendre trop longtemps.
Première journée ; 125 Km et 2850 m de dénivelé. Bien plus qu’annoncé.

Gite sympa avec chambrée comme à l’armée. 8 dans le dortoir mais très confortable.
Cependant nous n’avons pas de nouvelle de Claude. Nicole est inquiète ne pouvant le joindre. Enfin contact est fait, il se trouve dans un petit village situé à 30 km de notre gite. Un taxi nous le ramènera en bon état. Quel chemin a-t-il pris ? on ne sait pas, mais lui a déjà gravi le Mont Gerbier de Jonc.
Tout le monde rassuré, nous pouvons profiter d’un bon pot au feu dans un brouhaha incroyable et une chaleur difficilement supportable.
Tout le monde au lit car demain on commence par la monté du mont Gerbier.
Au petit matin le vent est toujours la et la température n’est pas chaude. Petit déjeuner rangement des affaires, pour José cela va vite car dans sa valise il n’a rien, le tout est resté à la voiture, et nous voilà parti, après un petit salut à nos Clermontois.


8 Km d’ascension avec les 3 derniers à 8% dans le vent pour atteindre Mont Gerbier de Jonc.  Pas facile de bon matin.
Belle descente sur St Martial. Ravito, musique, c’est parti pour la journée et on ne s’en prive pas.


Ensuite a St Martin de Valamas, avec le ravito, Casile et Patrick profitent de massages particulièrement  agréables.


15 Km de monté au milieu de cyclistes de tout type, on double, on nous double, c’est long mais c’est sympa. Arrivée à St Agrève. Le plus grand ravito avec orchestre et animation. Ça c’est du vélo…
On repars, col de Freydaparet, col de Rochepaule, col des Grands et col de Lalouvesc. Dernier col et ravito avant la grande descente sur St Felicien. Nous nous restaurons une fois de plus et on y va.
Première partie assez tranquille jusqu’au col du buisson et ensuite à fond jusqu’en bas en essayant d’éviter l’accident compte tenu du grand nombre de cyclistes. Bernard avec un groupe et plus loin Jacky et Patrick profitent au maximum de cette descente en se faufilant entre les vélos. C’est vraiment super, et arrivée à St Felicien après 100 KM et 1600m de dénivelé.
Au total donc 225 Km et 4450 m de dénivelé. Pas mal, mais éprouvant surtout avec le vent.
Le vélo de Joel a tenu, heureusement.
On se retrouve tous et après un peu de repos dans l’herbe à côté de nos voitures et une dégustation de cerises, nous partons pour rentrer sur Ganges.

Ardéchoise 2018 : Ce fut des moments très sympas, conviviaux, avec de la joie, de la souffrance pour certains et des paysages à couper le souffle. Ce n’est jamais vraiment dur mais c’est assez éprouvant. Il y a vraiment de belles randonnées à faire en Ardèche.
cc-gangeois@ffct.org
Retourner au contenu | Retourner au menu